VR@ANNECY – Photo : F.Blin/CITIA

3 jui 2018

  La réalite virtuelle au présent et au futur 

Le Festival d'Annecy 2018 a fait la part belle à la réalité virtuelle, une mutation profonde dans le divertissement et une expérience complémentaire à l’animation.

Mickael Marin, qui reprend la direction de CITIA, nous confie sa vision : "La réalité virtuelle, c’est une autre grammaire, une autre façon de raconter les histoires avec le contenu au centre. La réalité virtuelle n’est pas une mode, mais l’opportunité d’une nouvelle forme de narration. Les différents intervenants et partenaires de cette édition 2018 l’ont prouvé."

Rencontre avec Jan Pinkava, directeur créatif chez Google Spotlight Stories et Arnaud Colinart, producteur chez Atlas V, pour un petit tour d’horizon sur les spécificités de ce nouveau type d’animation et connaître leurs attentes sur ce festival.

Jan Pinkava et Arnaud Colinart – Photo : DR


"Survive the wild"*

La réalité virtuelle place le spectateur au cœur de l’histoire, ce qui crée de nouveaux repères en termes d’écriture et complique le mode de narration. Pour Jan Pinkava, "l’animation, avec la VR, devient un terrain de jeu personnalisable. On est sur de l’expérience individuelle, l’histoire s’adapte. Nous devons être vigilants toutefois à ne pas décevoir l’audience : il faut que toutes les options offertes soient positives".

Dans ces univers à 360°, il faut donner une direction à l’histoire, trouver un moyen d’orienter subtilement l’attention du spectateur. Jan Pinkava nous confie que "l’astuce est de penser comme un metteur en scène de théâtre. Comme au théâtre, on change l’expérience dans le temps réel. On fait vivre l’histoire dans le moment présent." Jouer avec finesse sur l’ouïe et la vue permet de guider le spectateur dans l’expérience qu’on lui offre. La conception sonore avec l’ambisonie, la pause dans l’action, le déplacement de l’action sous le regard du spectateur ou bien la diminution du son sur les actions mineures sont autant de techniques créant l’illusion.

Jan Pinkava et Arnaud Colinart s’accordent sur un des enjeux de cette nouvelle façon de produire du contenu et de l’expérience qu’ils peuvent offrir : ils n’ont pas la maîtrise du contexte dans lequel est vécue cette expérience, ni des outils utilisés (le hardware, les casques, etc.). "Notre métier est un peu de *survivre dans une jungle", souligne Jan Pinkava.

"Ici plus qu’ailleurs il faut donner du sens à l’histoire. Chez Atlas V, nous portons une grande attention à la raison d’être des projets. Pour chaque projet donné, il faut que l’usage de la technologie soit justifiée, afin de donner envie à l’utilisateur de mettre un casque", affirme Arnaud Colinart.


Annecy, au cœur de la réalité virtuelle

Le Festival d’Annecy, rendez-vous privilégié pour les géants de l’animation que sont Disney et Pixar, est un événement à ne pas manquer pour l’équipe de Google Soptlight Stories, qui vient sourcer des nouveautés en musique, sons, techniques et histoires. L’occasion de créer de belles rencontres pour de belles histoires à venir ! En quête de qualité constante, les ressources semblent être au rendez-vous pour ce laboratoire créatif basé en Californie.

Arnaud Colinart vient dénicher les talents de demain présents sur le Mifa : "En réalité virtuelle, on crée des univers imaginaires. Nous sommes donc en phase avec l’audience des films d’animation. Nous venons ici pour rencontrer les étudiants des écoles d’animation et trouver de nouvelles compétences avec lesquelles travailler. Les profils dont nous avons besoin se font encore rares sur le marché, car dans l’animation, l’utilisation d’outils en temps réel pour changer le visuel est en train d’exploser et d’ouvrir les portes des métiers de demain."

Il conclut : "On a, cette année, une sélection d’œuvres en réalité virtuelle, il faut un prix maintenant !" Une idée reprise par le directeur de CITIA, Mickael Marin, pour la prochaine édition du Festival. "Avec un nombre d’accrédités Mifa qui a fait un bond de + 22 % cette année et 88 pays représentés, Annecy est tout à fait légitime pour prendre le leadership et accompagner les acteurs du secteur de la réalité virtuelle."


Coups de projecteur sur des projets d’Arnaud Colinart et Jan Pinkava

Battlescar, une animation en réalité virtuelle produite par Atlas V. Dans un environnement en 360°, le spectateur voyage dans plusieurs dimensions avec le personnage et se trouve guidé dans ce voyage grâce à des éléments qui s’allument et s’éteignent dans les scènes.

Teaser de Battlescar

Plus d’infos


Avec Piggy, Google Spotlight Stories offre un niveau d’interaction encore jamais vu entre le personnage et son public : un petit cochon n’osera pas céder à la tentation d’un gâteau tant que le spectateur le regarde.

Teaser de Piggy

Plus d’infos


         Logo Annecy by CITIA

Commentaires